Dialogue with the figurative

ŒUVRES

Dialogue with the figurative
2022

canvas, resin, pigment, acrylic paint

W455mm H530mm D50mm

Il s’agit de la première œuvre d’une série qui explore comment l’interaction entre le corps en tant qu’organisme et divers outils contemporains à travers les données numériques peut produire une beauté inattendue.

Dans le processus traditionnel de création d’une œuvre d’art, l’artiste cherche à réaliser exactement ce qu’il a l’intention de faire. Par exemple, si un artiste a un idéal qu’il veut dessiner de telle manière, il perfectionnera ses compétences et acquerra de l’expérience pour pouvoir l’atteindre sans erreurs.

Cependant, ces modèles traditionnels d’accumulation de technologies ne sont plus applicables aux outils de production utilisant l’Intelligence artificielle (IA) d’apprentissage profond, qui se sont développés rapidement ces dernières années. En effet, l’IA qui génère des éléments à partir des données saisies par l’artiste dans ces outils ne comprend pas nécessairement les intentions de l’artiste. Ignorant les intentions de l’artiste, l’IA produit ce qu’elle juge statistiquement le plus cohérent avec les intentions de l’artiste, en s’appuyant sur une grande quantité d’apprentissage et de modélisation mathématique.

Or, jusqu’à présent, l’interface entre les artistes et l’IA est imparfaite, générant une myriade de résultats inattendus.

La série comprend cette structure comme l’imperfection du niveau basé sur les connaissances (knowledge based level) dans le cadre SRK (Skills, Rules, Knowledge = compétences, règles, connaissances) dans lequel Jens Rasmussen (1926-2018) a modélisé la structure de l’erreur humaine, et en utilisant les trois types d’erreur humaine (erreur, lapse, dérapage) proposée par James Reason (1938-), considère les artefacts inattendus produits par les outils d’IA comme une sorte de dérapage (slip) causé par des imperfections dans l’interface entre l’artiste avec une intention (knowledge) et l’IA, et non comme un « lapse », une erreur humaine causée par une erreur d’intention, ni comme une « lasse », qui se produit lorsque quelque chose est négligé par inadvertance. Elle explore ainsi la possibilité de créer une sorte de « beauté inattendue » lorsque cette illusion se reflète à nouveau dans l’artiste.

Dans cette première œuvre, des données 2D tirées d’un dessin d’une plante imaginaire dans la tradition Suiboku-ga (peinture à l’encre) ont été lues par l’outil de modélisation 3D « Geomagic Freeform », les tons d’encre ont été remplacés par des données de hauteur, et il a été imprimée par modélisation par frittage de poudre (impression 3D en nylon). Les objets 3D ainsi obtenus ont été peints avec des pigments par l’artiste et collés sur la toile selon la composition du Suibokuga original.

Dans ce processus, le programme Geomagic Freeform traite les données et les convertit en un fichier STL sans comprendre les intentions de l’artiste. D’autre part, l’artiste utilise à nouveau sa propre sensibilité et son propre corps pour traiter l’artefact avec intervention forcée de dérapage du programme et créer l’œuvre d’art finale.

Puisque le programme involontaire du processus intermédiaire utilise des données mathématiques et numériques pour traiter l’information, l’œuvre ainsi produite, tout en représentant la concrétion des plantes, assimile une sorte d’abstraction.

 

 

 

AUTRES OEUVRES

Facebook Instagram Youtube

LETTRE POUR VOUS

Pour recevoir des nouvelles sur les expositions et les œuvres d’art à venir.
Veuillez vous abonner à notre newsletter.

Subscribe