Cristallisation du temps inutile

ŒUVRES

Cristallisation du temps inutile
2021

Le “Kintsugi” est une technique utilisée au Japon pour réparer les récipients brisés.
Il s’agit de rejoindre et recouvrir les parties fissurées du récipient en utilisant la laque et l’or.

Le récipient, toujours à nos côtés dans le quotidien, représente la « Beauté dans l’usage »,
et le Kintsugi est là pour transmettre à l’avenir, cette idée que nous avons du récipient.

Ce n’est pour ainsi dire, autre que d’associer nos pensées et notre temps à ce qui a de la valeur,
afin de lui donner encore plus de valeur.

Un concept propre au Japon, le « Wabi-sabi », faux-semblant du modernisme occidental.
Cette esthétique minimale contient un élément majeur qui est le temps.

Cette œuvre se base sur un tableau produit à partir d’un mélange de résine et de cire et de pigments,
de matériaux aux axes temporels divers, soit solidifiés et fusionnés à des moments différents.

Le « Kintsugi » met en avant et répare
ces lignes fissurées du tableau, fruits du grand hasard.

Une destruction de tout ce qui n’a tout simplement pas de valeur, sans le temps du quotidien,
tout en affirmant uniquement leur caractère temporel, afin de le transmettre dans le futur.

C’est un travail de valorisation, par le temps, de ce qui à première vue, n’a pas de valeur,
et c’est le fruit, sans valeur, du temps.

 

WHAT HE MADE – L’ ŒUVRE

« Cristallisation du Temps Sans Valeur » est le nom de l’œuvre produite par Seitaro YAMAZAKI, créée dans le but d’examiner quel genre de relation le Kintsugi ou « jointure en or », méthode traditionnelle japonaise de réparation de porcelaines et céramiques, pourrait avoir avec le temps.
La surface de cette œuvre est composée de cire, de résine polyépoxyde, de pigments, de laque et d’or.

La cire et la résine polyépoxyde qui constituent le support de cette œuvre, sont des éléments pouvant être à l’état liquide, solide et gazeux, mais les phases vers ces transitions sont générées selon des conditions totalement différentes, qui font que ces deux éléments se retrouvent dans des axes temporels différents en matière de chaleur.

Et parce que les axes temporels diffèrent, une fissure se crée entre ces deux éléments. Recouvrir cette fissure est le rôle du Kintsugi par la laque et l’or.
Le Kintsugi entre en jeu dans le but de retenir et lier deux éléments temporels qui se séparent, et pourtant, précisément à cause de sa nature d’être une « jointure en or », crée alors un paysage qui revêt à son tour, une dimension temporelle qui lui est propre.

Cette façon d’être de ces éléments est aussi une allégorie à celle de l’individu qui, dans la société moderne, est forcé de vivre dans plusieurs dimensions temporelles simultanément. Nous devons jongler au moins à la fois avec l’axe temporel de l’espace numérique et celui de notre propre corps, ce qui inéluctablement amène une rupture à se créer en nous. Mais quand se manifeste alors quelque chose qui puisse relier ces surfaces facturées avec souplesse, c’est là que peut-être, les multiples éléments temporels et ces surfaces reliées, donnent ensemble une forme, une couleur et une beauté unique à chacun.

 

WHY HE MADE – LA MOTIVATION

Seitaro YAMAZAKI a, jusqu’à présent, constamment travaillé sur la visualisation de nombreuses dimensions temporelles qui existent (ou qui peuvent ou auraient pu exister) dans le monde dans lequel nous vivons, et sur l’étude de la relation que pourraient avoir ces groupes temporels les uns par rapport aux autres.
Concernant l’œuvre « Cristallisation du Temps Sans Valeur », Seitaro YAMAZAKI a travaillé en particulier sur l’étude de la bande passante des groupes temporels que pourrait créer le Kintsugi, cette technique de réparation des articles d’artisanat, qui s’est développée à travers l’archipel du Japon.
Le Kintsugi est né de l’idée d’une technique de réparation des récipients endommagés afin de restaurer leur fonction originelle, et cette méthode s’est développée comme telle, dont le rôle fondamental était de relier « le temps avant la fracture » et « le temps après la fracture », par la « restauration et la préservation de la fonction originelle ». La fracture fait ressortir le caractère temporel de la fonction en tant que récipient, et le Kintsugi, en restaurant sa fonction originelle, crée après la fracture, une nouvelle dimension temporelle et une nouvelle valeur esthétique. Ce dont le Kintsugi a besoin ici pour cette surface temporelle reliée, c’est une échelle nominale indiquant si oui ou non le récipient remplit son rôle en tant que tel.

Par ailleurs, ce que le Kintsugi relie dans le cas de l’œuvre présente, est une surface qui en elle-même, n’a aucune fonction ni de valeur, qui est apparue dans ce monde en concevant simultanément deux axes temporels, qui pourtant ont été destinés à se désunir aussitôt. Sur cette surface, de par le fait qu’elle n’a aucune fonction, le Kintsugi ne peut joindre la nature pré-temporelle à celle post-temporelle, comme il le fait dans le cas du récipient.

Pourtant, relier par le Kintsugi, ces deux axes temporels parallèles qui tentent de s’éloigner l’un de l’autre, donne la possibilité de créer une nouvelle dimension temporelle, ainsi qu’une valeur esthétique qui ne rejoint pas l’échelle nominale de la fonction.

 

HOW HE MADE – LA MÉTHODE

La cire, pigments et résine polyépoxyde sont malaxés et versés dans un moule pour former la surface qui est séchée dès lors qu’une texture satisfaisante est obtenue. Cette méthode n’entrainant pas la fusion chimique de la cire et du plastique, et leur résistance et malléabilité étant également différentes, des fractures aux formes inattendues se forment à l’intérieur de la surface pendant que celle-ci est mise à sécher. La surface est ensuite jetée au sol pour être fracturée, les fractures sont remplies de Kokuso-Urushi, laque mêlé d’argile, avant d’y parsemer la poudre d’or, en un mot, le processus du Kintsugi a donné naissance à cette œuvre. Le Kintsugi de taille plus importante en haut à droite de cette surface, est la partie qui a été comblée à l’aide du morceau qui s’est enlevé lors de la fracture.

 

 

 

vendre

AUTRES OEUVRES

Facebook Instagram Youtube

LETTRE POUR VOUS

Pour recevoir des nouvelles sur les expositions et les œuvres d’art à venir.
Veuillez vous abonner à notre newsletter.

Subscribe